Belle-Ile-en-Mer

Reine de beauté

Photo 1 Belle-Ile-en-Mer Photo 2 Belle-Ile-en-Mer Photo 3 Belle-Ile-en-Mer Photo 4 Belle-Ile-en-Mer Photo 5 Belle-Ile-en-Mer Photo 6 Belle-Ile-en-Mer Photo 7 Belle-Ile-en-Mer Photo 8 Belle-Ile-en-Mer

Au large de Quiberon, la plus grande des îles bretonnes porte bien son nom. Des falaises aux plages de sable fin, une grande diversité de paysages se partage à Belle-Île un décor maritime d’exception, propice à des excursions variées.  

L’île aux deux visages 

La nature sauvage de Belle-Ile a toujours inspiré les artistes. Le peintre Claude Monet a immortalisé les aiguilles de Port Coton, chahutées par les marées. L’actrice Sarah Bernhardt a résidé dans le fortin de la pointe des Poulains, à la proue ventée de l’île. Comme eux, vous verrez : Belle-Ile n’a pas usurpé son nom. La variété de ses paysages étonne. Ses côtes tournées vers le continent sont formées de criques abritées et de belles plages de sable fin. Face à l’Atlantique, la côte sauvage offre un tout autre visage. Ses falaises abruptes plongent dans un bouillonnement d’écume permanent. Sentez-vous le souffle de l’océan devant la grotte de l’Apothicairerie ? A l’intérieur, Belle-Ile se partage entre landes d’ajoncs, vallons verdoyants et dunes préservées. On explore l’île par sauts et gambades, à travers champs, en longeant de pimpantes maisons aux volets colorés et des ports naturels bâtis dans le roc. Dominant le port du Palais, la citadelle Vauban se remémore le glorieux passé militaire de l’île. Un panorama tout aussi grandiose s’ouvre du haut du Grand phare de Kervilhaouen. Et partout, la mer.

Tour et détours

Qui dit île, dit littoral : le sentier côtier est le meilleur moyen de prendre la mesure des charmes de Belle-Île. Réservé aux piétons, le chemin balisé fait le tour de l’île (82,5 km) en parcourant un dénivelé total de 2 000 m. Prenez votre temps : vous relierez le Palais, Sauzon, Bangor et Locmaria en quatre jours tranquilles. Sauvage et escarpée, la côte sud file en haut des falaises. Les randonneurs confirmés s’y sentiront à l’aise. Davantage protégée et habitée, sa jumelle nord est plus accessible aux familles. Pratique : un réseau de bus dessert les étapes clés du parcours. A bicyclette, vous ferez agréablement durer la promenade sur deux jours. Ça monte… mais ça descend aussi. Et si vous ne disposez que d’une journée, galopez donc vers la pointe des Poulains. Espace naturel classé, le cap a des airs de bout du monde.

À ne pas manquer à proximité